La thérapie sexuelle comportementale : une solution contre l'éjaculation rapide

Parmi les nombreux dysfonctionnements sexuels qui existent, l’éjaculation précoce est de loin le cas le plus observé. On estime qu’à peu près 30% des hommes auront, au cours de leur vie, affaire à une forme ou une autre de ce trouble.

N’ayez crainte, car même si les chiffres semblent alarmants, c’est aussi le dysfonctionnement sexuel le mieux traité. Dans cet article nous allons parcourir les traitements que peuvent envisagés les personnes affectées par ce trouble sexuel ; de leurs avantages et inconvénients.

La principale cause de l’éjaculation précoce

Plusieurs raisons peuvent être à la base de l’éjaculation prématurée. Cependant, les traitements qui fonctionnent actuellement s’accordent pour dire que tous les hommes qui souffrent d’éjaculation précoce expérimentent le même problème lié à leur incapacité à identifier le ‘point de non-retour’.

Qu’entendons-nous par cela ?

Les hommes souffrant de ce dysfonctionnement sexuel n’arrivent pas à identifier la sensation qui se produit juste avant l’orgasme : c’est ce qu’on appelle le point de non-retour.

C’est-à-dire que ces hommes n’arrivent pas à reconnaître le moment où ils vont avoir un orgasme que quand ils l’ont déjà eu. L’incapacité de déceler le point de non-retour induit une incapacité à se calmer au moment opportun et à prévenir l’arrivée de l’éjaculation d’une manière prématurée.

Ce qui revient à dire que les hommes qui souffrent de l’éjaculation précoce n’ont jamais eu l’occasion de travailler leur endurance.

Comment peut-on mieux reconnaître et identifier le point de non-retour ?

L’un des traitements les plus utilisé est la thérapie sexuelle comportementale. Un ensemble d’exercices spéciaux sont mis en place pour aider les hommes à mieux ressentir la phase ultime menant à l’orgasme.

Que cela soit à travers des exercices de masturbation ou de pénétration totale le but reste toujours de savoir gérer son orgasme de manière à prolonger le rapport sexuel et éviter l’éjaculation prématurée.

Une session d’exercice en thérapie sexuelle comportementale ressemble à peu près à cela :

  1. Il vous ai demandé de stimuler votre pénis jusqu’à ce qu’il atteigne un degré d’excitation maximal.
  2. Vous arrêtez la stimulation pour diminuer l’excitation.
  3. Une fois relaxé, vous stimulez votre pénis à nouveau.
  4. Le processus est répété pour vous permettre, avec le temps, un meilleur contrôle de votre orgasme et une meilleure endurance, ce qui se traduit par un rapport sexuel plus long.

Deux techniques de stimulation du pénis sont utilisées durant la thérapie sexuelle comportementale :

  1. La technique de compression : Dans cette technique vous devez arrêter l’excitation en appuyant fermement sur le gland de votre pénis pour arrêter l’éjaculation.
  2. La méthode Stop-Start : Tandis que dans cette méthode de Stop-Start, comme son nom l’indique, vous devez arrêter l’excitation avant le point de non-retour afin de vous calmer et reprendre à nouveau.

Le protocole de traitement contient différentes techniques de stimulation et aussi différentes positions. Chaque étape est conçue de manière à procurer un niveau d’excitation plus important que l’étape précédente.

L’état d’avancement dépend de chaque personne mais d’une manière générale les personnes souffrants d’éjaculation précoce remarquent une nette évolution entre 4 à 12 semaines.

Au bout du traitement vous êtes capable de varier le niveau le niveau d’excitation de manière à faire prolonger le temps du rapport sexuel comme le ferait une personne sans problème d’éjaculation précoce.

A qui sont adressées les thérapies comportementales sexuelle ?

Les exercices proposés par ces thérapies sont adaptés aux personnes cherchant une solution à long terme et qui sont disposés à y mettre le temps et l’énergie nécessaires pour avoir des rapports sexuels plus satisfaisants.

Quelles sont les avantages et les inconvénients de ces thérapies ?

Les avantages de ces thérapies

L’avantage principal des thérapies sexuelles comportementales est qu’elles proposent une solution à long terme pour le problème de l’éjaculation précoce. L’entrainement préconisé par les exercices vous permet de mieux reconnaître les différents niveaux d’excitation et de les adapter de manière à prévenir l’éjaculation prématurée.

C’est aussi une solution totalement naturelle et qui ne nécessite pas le recours à des interventions médicales ou des masques désensibilisants qui peuvent avoir des effets secondaires.

C’est une solution dont l’efficacité a été démontrée par les spécialistes et les différentes recherches effectuées dans le domaine.
Et enfin, c’est une technique qui ne vous oblige pas à acheter un matériel ou des produits en particulier et du coup vous pouvez avoir une vie sexuelle spontanée et sans artifice.

Les inconvénients des thérapies sexuelles comportementales

Les thérapies sexuelles comportementales demandent du temps et de l’énergie. En effet, comme nous l’avons souligné, les effets ne commencent à se faire ressentir qu’au bout de 4 à 12 semaines sans oublier le fait qu’elles demandent un certain engagement et une complète assiduité.

Les exercices proposés par les thérapies sexuelles comportementales ne doivent pas se faire sans guidance et requiert un traitement personnalisé supervisé par un professionnel en thérapie sexuelle.

Pas de Réponse
Laisser un avis